L’Ile Maurice célèbre l’abolition de l’esclavage : oui, mais…

Les chaînes de l’esclavage ont été symboliquement brisées le 1er février 1835, mais les chaînes physiques, elles, sont toujours là en 2015 !

 

Le soleil jaillit sur l'esclave nouvellement líbéré.
Le soleil jaillit sur l’esclave nouvellement líbéré.

En ce dimanche 1er février, mon pays célèbre l’abolition de l’esclavage. En effet, cela fait 180 ans que les chaînes de l’esclavage ont été brisées. Cette décision prise en 1835 par le pouvoir colonial britannique découle du Slavery Abolition Act de 1833. Elle marqua un tournant dans l’histoire et le futur de l’Ile Maurice.

Bien qu’aboli depuis 1835 l’esclavage, et ses séquelles demeurent présents dans la mémoire collective locale. En témoignent plusieurs ségas aux paroles explicites:

Cassiya -Rev nou zancet : disan lesklavaz monte desan dan mo lekor, sa fer mwa rapel tou bann kriyote ziska bliyé langaz ki ti pe koze*

* Le sang de l’esclavage monte et descend dans mon corps, cela me rappelle toutes les cruautés [subies] jusqu’à en oublier notre langue

 

– Nwar nwaresklavaz enkor dan memwar,  nou descendans ti derasine zot ti pren depi dan l’Afrik, condition missié la ki ti imposé, bokou disan finn  koule, nu gran fami finn soufer**

** l’esclavage est encore dans les mémoires, nos [ancêtres] ont été déracinés de l’Afrique. Les conditions du maître étaient imposées, beaucoup de sang a coulé, nos ancêtres ont souffert.

Sans oublier la fameuse chanson Alimé Difé de Carino  qui mentionne si bien la montagne du Morne :  « Si montayn le Morne ti ena la bous, li tia rakont nou kombien disan ki finn koule, kombien esklav finn swiside dan le passe*** »

***Si la montagne du Morne avait une bouche, elle nous raconterait combien de sang a coulé et combien d’esclaves se sont suicidés dans le passé.

Le Morne

La montagne du Morne, haut lieu lié à l'esclavage.
La montagne du Morne Brabant, haut lieu lié à l’esclavage.

Située à l’extrême sud-ouest de l’Ile Maurice, la majestueuse montagne du Morne Brabant est étroitement liée à l’esclavage. L’histoire raconte que les esclaves marrons (donc en fuite) s’étaient réfugiés au sommet de la montagne afin d’échapper aux traitements inhumains infligés par leurs maîtres. Ils vivaient ainsi dans les sommets – une vie dure et dangereuse, mais qui néanmoins avait un léger goût de liberté. Selon la légende, au moment de l’abolition de l’esclavage, des soldats vinrent annoncer la nouvelle aux fuyards. Ces derniers, pensant que les soldats étaient venus pour les emprisonner et les ramener à leurs maîtres, se seraient jetés du haut de la montagne, préférant la mort à l’esclavage… De par sa richesse culturelle, historique et archéologique, la montagne du Morne fut décrétée patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2008.

Un patrimoine mondial interdit d’accès!

Cependant, le Morne est patrimoine mondial depuis 7 ans, mais il est inaccessible aux… Mauriciens!! En effet, ce sont principalement les touristes et les clients des hôtels de luxe des alentours qui ont accès à la montagne.

Il existe malheureusement un litige au sujet du Morne. Les terrains aux alentours de la montagne avaient été loués à bail à des particuliers, mais ceux-ci refusent de retourner ces terrains à l’Etat. Ils préfèrent maintenir leur accès exclusif à la montagne, tout en le monnayant à travers un cercle fermé de moniteurs de randonnée ou d’hôtels de luxe. Ces derniers capitalisent sur le fait que la montagne soit inscrite à l’Unesco, mais ils se gardent souvent de mentionner la tragique histoire de l’esclavage, mettant plutôt en avant le côté pittoresque du site.  Ceci fait le bonheur des touristes étrangers et autres privilégiés qui peuvent jouir de ce patrimoine.

En tant que Mauricienne lambda, j’y suis allée et je n’ai pas pu accéder à la montagne. Voilà ce que j’ai vu :

Impossible pour moi d'accéder à la montagne, qui est pourtant classé patrimoine mondial de l'Humanité de l'UNSECO.
Impossible pour moi d’accéder à la montagne, qui est pourtant classée patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco

Profit v/s Patriotisme

J’ose espérer que ceux qui ont la mainmise sur l’accès à la montagne privilégieront un jour le patriotisme au profit, et laisseront leurs compatriotes accéder à ce lieu riche de mémoire et d’histoire.

Les chaînes de l’esclavage ont été symboliquement brisées en 1835, mais les chaînes physiques, elles, sont toujours là en 2015!

6 commentaires sur “L’Ile Maurice célèbre l’abolition de l’esclavage : oui, mais…

  1. La traite est un phénomène beaucoup trop grave, ses effets beaucoup trop profonds et durables pour jamais disparaitre. Ils sont comme une marque profonde dans l’âme de bien des peuples… Quant à ceux qui sont tentés de faire un petit billet avec la mémoire, bah, restons philosophe et disons-nous « qu’il faut de tout pour faire un monde »
    Bel article,

    1. Merci pour ce commentaire Renaud. Tu as raison dans ce que tu dis sur les effets et séquelles de l’esclavage. Le cas de l’Ile Maurice est d’autant plus délicat car certains clivages, certaines injustices datant du temps de l’esclavage sont toujours présents, non pas que dans la mémoire et l’âme, mais aussi dans le quotidien, aujourd’hui en 2015.

    1. Bonjour Anne Christelle et merci pour ce commentaire. En effet, c’est une véritable honte et une profonde injustice! J’aurais souhaité conclure en disant que les choses s’arrangeront, mais tel n’est pas le cas et cela fait 7 ans. L’Ile Maurice a élu un nouveau gouvernement en décembre dernier, j’espère qu’il osera se lancer dans une bataille acharnée afin de permettre l’accès à ce patrimoine. Cependant, j’émets de profonds doutes à cause de certains facteurs en jeu: la complexité du tissu socio-ethnique mauricien, l’argent et le profit.

  2. Bel article. Oui les chaines ont été brisées depuis 1835 ……. mais il y a encore du chemin à faire. Gardons l’espoir que toute polemique (accès à la montagne, dispute de proprièté,..etc..) entourant ce patrimoine mondiale soit dissipé le plus vite possible pour le bien de tout un chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *