Bienvenue chez moi

gg

Chez moi c’est petit ! Beaucoup trop petit pour nous, car nous sommes nombreux. Il y a des jours où nous avons chacun notre chambre, d’autres pas. Nous avons tous la même mère, mais il paraît que nous avons chacun des pères différents ! Cela se voit et surtout, cela s’entend. Donc entre nous, bonjour la (non)ressemblance et les différences! Au sein de la fratrie, on se bagarre souvent. Mais qu’importe, nous sommes tous issus de la même matrice !

La fête des pères ? Pas pour moi, je ne connais pas le mien. Je sais juste qu’il a traversé les mers pendant des mois, avant de tomber sur… ma mère ! Non, ce n’était pas le coup de foudre. Non ce n’était pas l’amour au premier regard. C’est plutôt un regard hagard qu’il a posé sur elle. C’était ma mère, c’était mon père ; le résultat c’est donc moi ! Et une ribambelle de frères et sœurs. Ensuite d’autres pères sont arrivés, et il y a eu encore d’autres rencontres et d’autres enfants. Ainsi va la vie ! Cela a duré pendant des années. Et oui, ma mère a beaucoup travaillé ! Vous comprenez donc pourquoi c’est petit chez moi !

Parlons maintenant de mes frères et sœurs ! Etant chacun de pères différents, nous nous ressemblons que très peu ! Couleur noir, blanc, café au lait, caramel, cannelle, marron, crème brûlée, mousse au chocolat… – bref de toutes les couleurs que vous imaginez – nous nous déclinons en une multitude infinie de teintes ! Si bien que l’on demande souvent à ma mère : ‘Ou bann zenfan tou sa la ?’* Ah oui, j’ai oublié de vous dire ! Nos pères respectifs parlaient tellement de langues différentes, qu’on ne se comprenait plus ! Il fallait jongler entre les langues européennes, africaines, malgaches, indiennes, chinoises ! De ce melting-pot linguistique est née une langue créole. La nôtre ! Un savoureux cari-melanz des quatre coins de la planète : mo pou montre zot dans ene prosain biye !** C’est la langue que parle ma mère.

Ma mère, ma mère… que dire d’elle ? Elle en a vu – littéralement – de toutes les couleurs : l’esclavage, la colonisation, les inégalités et la corruption, en passant par les affrontements dits-ethniques. Les enfants sont parfois ingrats envers leurs mères. Comme toutes les femmes, ma mère s’est adaptée et a évolué au fil du temps. Elle est aujourd’hui indépendante. Nous vivons tous chez elle, dans ses 1 865km2!

Chez moi, c’est chez ma mère. Chez moi, c’est l’Ile Maurice !

* Ils sont à vous tous ces enfants?
** Je vous montrerai dans un prochain billet

5 commentaires sur “Bienvenue chez moi

  1. Très Belle article 🙂
    Maurice est aussi un mélange de plusieurs cultures, que ce qui fait son caractère unique. Et nous devrions apporter la génération à vivre dans la paix et l’harmonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *