Réflexions en générations

mauritius-mondoblog-ile maurice-génération

Avec les années qui passent on change, on évolue. Idem pour la société. Réflexions sur mes « générations sociologiques ».

Officiellement, je fais partie de la génération Y. Oui, celle-là même. Celle qui a eu peur du bug de l’an 2000, celle qui a connu la connexion internet « dial up », celle pour laquelle télécharger 40 secondes d’un Mp3 de Britney Spears prenait sept heures… Pour ceux qui n’ont pas connu cette époque, le dial-up c’était ça :

Officieusement, je fais aussi partie de la génération K. K pour kardashianisation. Kardashianisation du maquillage, de la mode, des vedettes, d’internet et j’en passe. Bref, la kardashianisation, c’est un peu comme le klonage …oh pardon, le clonage (voyez comment la kardashianisation a envahi le monde comme une peste, et je n’en suis même pas immunisée!). D’autres ont même trouvé un nom à cette pathologie des temps modernes, la Kardashianitis :

mauritius-ile maurice-mondoblog-kardashian-generation

Clonage des moues sur les selfies, clonage des savoirs (et son corolaire, le syndrome de la googlelisation), clonage des sociétés et des rituels de la vie quotidienne. Aujourd’hui, que vous soyez à l’Ile Maurice ou à New York, vous pouvez manger un McDo en swipant sur Instagram et en écoutant le dernier Rihanna. Bref, c’est aussi la génération Z, la génération connectée.

De K à Z, j’ai aussi l’impression de faire partie d’une génération KAZ… Une génération qui se réveille presque chaque matin en apprenant que l’horreur a encore frappé, un ensemble de jeunes actifs qui vit au rythme des #PrayFor et des #JeSuis. Cette même génération qui, surprise et médusée devant la télé, assistait en direct aux attentats du 11 septembre, mais qui quelques années plus tard s’habitue dangereusement aux breaking news, aux éditions spéciales, aux revendications, aux jours de deuil…

KAZ comme kamikaze. Et quand celui-ci exploite l’innocence de l’enfance comme il y a deux jours en Turquie, comment ne pas s’indigner? Face à la vague d’attaques terroristes qui touche les différents pays de la planète, il ne faut surtout pas céder à la  »banalisation » ou à la  »normalisation » de la violence et de l’horreur…

Je me souviens qu’en 2001, il m’avait fallu quelques minutes pour comprendre que je ne regardais pas un blockbuster avec des effets spéciaux, mais bien une attaque en direct. Or, depuis quelques années, au fil des atrocités qui ont lieu aux quatre coins du monde et des #PrayFor, #JeSuis… DuneGénérationDésenchentée.

La prochaine génération sera bientôt là. Quel monde lui transmettra-t-on? Vaste question qui mérite réflexion, et surtout action dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *