Ile Maurice: marée humaine contre la marée noire du Wakashio

Article : Ile Maurice: marée humaine contre la marée noire du Wakashio
30 août 2020

Ile Maurice: marée humaine contre la marée noire du Wakashio

Historique. C’est ainsi que l’on peut peut qualifier la journée d’hier, samedi 29 août 2020, à l’Ile Maurice. En effet, cette journée a été marquée par un énorme mouvement citoyen: une dizaine de milliers de Mauriciens s’est mobilisée dans les rues de la capitale, Port-Louis. Cette mobilisation intervient dans le sillage de l’échouage du navire Wakashio dans les eaux mauriciennes, et dans celui de la fuite d’hydrocarbure et le désastre écologique qui en ont découlé.

Mobilisation des Mauriciens dans les rues de Port-Louis, le 29 août 2020. Crédit photo: Jason Chan.
La marche citoyenne en une des principaux dominicaux mauriciens, en ce 30 aôut 2020.


Une marée noire dans les eaux turquoises du Sud-Est de l’Ile Maurice, la plupart des Mauriciens n’ont jamais imaginé ce scénario, même dans leurs pires cauchemars. Et pourtant, ce cauchemar est bel et bien une réalité. Le MV Wakashio, vraquier japonnais battant pavillon panaméen, s’est échoué sur les récifs au large de Blue Bay, le 26 juillet 2020. Et à partir du 11 aôut 2020, de l’huile lourde a commencé à se deverser du navire, souillant les eaux mauriciennes et menaçant l’écosystème marin du Sud-Est, et ainsi toute une chaîne économique fondée sur la pêche, le tourisme et les resources marines.

Marée noire à l’Ile Maurice, causée par une fuite d’hydrocarbure du vraquier MV Wakashio.

Par ailleurs, coïncidence ou pas, près d’une cinquantaine de dauphins d’Electre morts se sont échoués sur les plages du littoral sud-est depuis mardi 26 aôut. Des scènes d’une grande tristesse et détresse, à la fois humaine et animale.


La catastrophe est sans précédent. La réaction des citoyens Mauriciens l’est tout autant. C’est un véritable élan de patriotisme, de solidarité et de débrouillardise qui a porté les Mauriciens depuis le début du mois d’aôut. Comme ce fut le cas, lors des Jeux des Iles de l’Océan Indien 2019, le peuple mauricien s’est levé et a agit comme un seul homme. L’échouage du Wakashio a ainsi permis au mauricianisme de se manifester et de réagir. A la lumière de ces évènements, voici quelques-uns des éléments, qui, à mes yeux, prennent une toute autre dimension et font partie du mauricianisme:

  1. Canne à sucre ? Présente !
    La canne à sucre fait partie de l’ADN historique de l’Ile Maurice. La culture de cette plante a longtemps rhytmé la vie socio-économique du pays, et même aujourd’hui les Mauriciens aiment les champs de cannes verdoyants, le parfum de la mélasse, etc. Avec la crise du Wakashio, la canne à sucre a pris une toute autre dimension. En effet, nous avons utilisé des résidus de canne séchés, afin de confectionner des bouées artisanales pour absorber l’hydrocarbure. Face à l’urgence, les Mauriciens de tout âge et de toute région se sont mobilisés jour et nuit pour fabriquer ces bouées, aussi appelées boudins.
Je me suis aussi attelée à la fabrication de bouées de bagasse.

Marcher en plein milieu des champs de cannes, et nous voir mes compatriotes et moi même se battre pour protéger notre Ile, et ce à la sueur de notre front et dans une course contre la montre, ne m’a pas laissé insensible. Malgré la course effrenée, le temps était comme suspendu.

2. Kaya : l’homme qui transcende
Qu’on le veuille ou non, Kaya fait partie de l’Histoire de l’Ile Maurice, de l’Histoire avec un grand H. Il n’a eu cesse d’écrire et de chanter le Mauricianisme dans toute sa complexité; de chanter l’amour de son pays et de son peuple. Impossible donc de rester de marbre quand les Mauriciens ont entonné Ras Kouyon lors de la mobilisation d’hier à Port-Louis.

Kaya n’est plus, mais Kaya transcende. Il est des combats d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Kaya était en avance sur son temps, prônant un Mauricianisme au-dessus et au-delà des barrières. L’héritage qu’il nous a légué est immense et cela s’est ressenti lors de la marche d’hier.

3. Le Mauricianisme au-delà des frontières
Il est très rare de voir autant de Mauriciens descendre dans les rues pour contester. De mémoire, c’est bien la première fois qu’un tel évènement se produit. Force est de contaster que cet élan patriotique a dépassé les frontières locales. En effet, qu’elle soit en Australie, au Canada, en France ou en Suisse, la diaspora mauricienne s’est mobilisée en signe de soutien aux Mauriciens au pays. Le quadricolore mauricien a flotté en Europe et ailleurs, preuve d’une solidarité au-delà des frontières. Outre le drapeau, une bouée traditionnelle s’est même trouvée devant le siège genevois de l’ONU, comme un petit clin d’oeil aux bouées de bagasse.

Alors que l’Ile Maurice, essaie de reprendre le rhytme post-déconfinement, voilà un autre coup dur. Selon les spécialistes, nous subirons les conséquences de la marée noire du Wakashio et la catastrophe écolologique en cours sur les dix prochaines années. Face à la marée noire, c’est une véritable marée humaine, rouge-bleu-jaune-vert qui s’est mobilisée. C’est souvent lors de telles situations de crise qu’émergent des êtres charismatiques, des citoyens qui fédèrent, des individus qui n’ont pas peur, qui osent et qui agissent. Chapeau!

Partagez

Commentaires